[Jeu PC] Gone Home

C’est un ami qui m’a assuré que le jeu me plairait. Comme je le suis sur Steam et que je viens souvent piocher dans sa liste de jeu, j’y ai été les yeux fermés lors de la promo Humble Bundle.

Allons-y pour « Gone Home » !

Gone Home est un jeu vidéo d’aventure développé par The Fullbright Company. Le jeu est sorti le .

L’histoire se situe en juin 1995 dans une maison de la région Nord-Ouest Pacifique, avec une jeune femme qui revient après un voyage à l’étranger. Sa famille étant absente du domicile, le joueur fait avancer l’histoire en explorant celui-ci.

Selon les prix remis chaque année par IGNGone Home est le « meilleur jeu PC » 2013, la « meilleure histoire » 2013 et le « meilleur jeu d’aventure » 2013. (Wikipedia)

Premiers pas dans le jeu…

Nous sommes en 1995, et j’incarne Katie, qui revient de son trip d’une année en Europe après ses études. On entend sa voix laisser un message sur le répondeur de ses parents pour prévenir de son retour, alors que le titre apparaît.

J’entre alors dans la maison. La prise en main est assez rapide après un remappage clavier en zqsd (le jeu est en anglais, donc clavier qwerty de base) et avoir viré le flou cinétique (l’option qui te donne l’impression d’avoir bu une demi bouteille de vodka avant d’essayer de marcher). Je conseille également de mettre les sous-titres, même si je comprends bien l’anglais. Ces premiers réglages effectués, allons explorer le manoir !

Ah bah oui mais c’est fermé. Je tente le pot de fleur, sans succès, et je me rends compte que je peux saisir des objets en cliquant dessus, les faire bouger en maintenant le clic droit, pour examiner. Et soit le reposer gentiment à sa place, soit le balancer n’importe où. Cruelle déception, la vaisselle ne se casse pas.

Checkmate, people who said this wasn't a real game ! (dorkly.com)

Checkmate, people who said this wasn’t a real game ! (dorkly.com)

En essayant d’ouvrir la porte, je trouve une lettre de Sam, ma petite soeur :

Katie,

Je suis désolée de ne pas être là pour te voir, mais c’est impossible. S’il te plaît, s’il te plaît, ne va pas fouiner partout pour essayer de me retrouver. Je ne veux pas que Maman et Papa personne ne sache où je suis. Nous nous reverrons un jour, ne t’inquiète pas. Je t’aime. Sam

 Après avoir retrouvé la clef, j’entre enfin dans la maison. Il y a un violent orage dehors. Après plusieurs années de jeu vidéo d’épouvante, je m’attends donc à une crise cardiaque à n’importe quel moment, d’autant plus que les lampes sont presque toutes éteintes, et que le manoir, c’est bien connu, est le théâtre par excellence de bien des tragédies sanglantes.

Eeeeeeet non, pas de spoil sur ce coup-là, vous ne saurez donc pas si ce manoir est le QG d’esprits frappeurs ou de zombies.

De même, je vous laisse découvrir l’histoire, le pourquoi comment et tout.

1287795-gone-home-7-1024x576

Pourquoi j’ai aimé

Ceux qui ont déjà lu certains de mes articles JV sauront que je ne suis pas vraiment une hardcore gameuse, que rien ne me fait plus flipper qu’une vue FPS et des gros flingues (sauf sur The Secret World, mais c’est un gros morceau qui nécessitera un article bien plus long en son temps !). Je suis très attachée à l’ambiance, au storytelling, aux petits détails, à l’exploration de tous les recoins d’une map.

J’ai été littéralement comblée de bonheur devant Gone Home.

GoneHome-2013-08-22-08-41-16-98-1024x576

L’ambiance se pose assez rapidement. La vue FPS, justement, y est pour beaucoup. Les effets sonores sont minimaux mais on retrouve ici et là des cassettes audio qu’on peut écouter.

Je me suis vite retrouvée à examiner tous les recoins de la maison pour découvrir ce qu’il s’est passé. Au fil des indices, la voix de Sam nous raconte sa vie dans sa nouvelle maison (la famille vient d’emménager), je retrouve des livres, des lettres, des cartes postales…

Même si je vagabonde dans une maison vide, la présence de la famille est toujours là, pesante.

Et puis les 90’s quoi ! On voit que l’équipe du jeu a beaucoup travaillé sur ce rendu « vintage » très réussi.

1287793-gone-home-6-1024x576

Conclusion

Les amoureux de jeux d’action qui dépotent seront déçus : l’aventure n’est ni trépidante ni violente.

Mais les grands romantiques, ou ceux qui aiment les histoires bien racontées seront ravis devant Gone Home, qui est formidablement bien conté.

Sur ce, je vous laisse, j’en ai quelques autres à finir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *