Mâles et femelles : la conspiration !

Non non non je n’avais pas du tout envie de faire un titre digne de Touaïlaïthe juste pour vous pourrir les yeux. Pas du tout.

Aujourd’hui, petits chenapans, nous allons causer biologie, histoire de tenter péniblement de relever un peu le niveau des derniers articles. A force de lire des écrits insipides qui font saigner des yeux je dois vous avouer que j’ai tellement peur que je dois absolument me cultiver les jours qui suivent, de peur de rester bloquée (vous savez, comme quand on louche et qu’un courant d’air passe ?).

Pour commencer, parlons un peu du dimorphisme sexuel. Pour résumer grossièrement, c’est ce qui fait qu’on différencie un mâle d’une femelle dans certaines espèces.

La couleur ou la taille des oiseaux en est un bon exemple :

Femelle et mâle faisan
Femelle et mâle faisan

Chez les insectes aussi, de manière quasi systématique :

Lucane mâle (le gros) et femelle (la petite)

290px-Cerf-volant_MHNT_male_et_femelle

En règle générale, le mâle sera plus gros et plus coloré (ex. : le paon, le cerf), et la femelle plus petite et…moins colorée, bravo. Mais pas toujours, cf. l’araignée. Tout dépend ensuite de la stratégie évolutive qu’aura adoptée l’espèce en question.

Chez les mamifères, la différence est parfois plus subtile, comme chez les humains par exemple.

La Baudroie Abyssale* des Abysses

...de la famille des Melanocetidae
…de la famille des Melanocetidae

Derrière ce nom fort gentillet se cache une petite créature elle aussi toute gentillette et câline qui voudrait faire des gros câlins avec vous mais…pourquoi vous fuyez tous, comme ça ???

Bon, ok, la Baudroie des Abysses, n’est pas l’animal le plus cute du monde. Mais gaffe, là vous êtes sexistes car CE modèle est le modèle Femelle XXL. Parce que dans le genre dimorphisme sexuel , la Baudroie, elle se pose là. Oui, la Baudroie femelle fait plusieurs centaines de fois la taille du mâle. Le mâle a un seul et unique but dans la vie : trouver une femelle. Une fois qu’il a trouvé sa…belle…il la mord, et s’accroche à elle sans défaillir. Et après ?
Vous vous souvenez de Son Goten et Trunks* ? Bah voilà ! (*”fuuuuuuuuuuusion !”)(est-ce qu’ils font la petite danse ridicule avant ? Aucune idée, mais ça vaudrait le coup de se documenter là-dessus.)

Mais en plus de s’accrocher et de fusionner à madame Baudroie, il commence petit à petit à perdre toute autonomie, son système sanguin ne fait qu’un avec Elle. Il finit ne peut plus se nourrir seul, ses organes dégénèrent donc pour finir par disparaître, et après un moment, ne restent que ses gonades à lui.
Madame Baudroie finit donc par avoir les couilles au cul (désolée). Au pluriel, oui, car elle finit par disposer de plusieurs sacs à spermatozoïdes sur elle, bel exemple de polyandrie donc.

(*déformation WoWienne)

Sources :
Wikipedia
Explication en vidéow

Le Kakapo

Comment vous décrire le Kakapo sinon comme l’oiseau probablement le plus…ridicule ? Pitoyable ? Non, aucun mot ne peut décrire réellement ce qu’est le Kakapo.
Allez, une photo de la bête (Strigops habroptila) qui vit en Nouvelle-Zélande :

 

Oui bon, ok il est vert, il est dodu…mais pourquoi parler du Kakapo ?
Parce que c’est une espèce en voie de disparition, et qu’on comprend aisément la raison de cette extinction programmée. Même si ça me rend toujours triste quand une espèce disparaît, je ne peux m’empêcher de sourire quand même un peu tant le Kakapo est une créature terrestre non optimisée.

Le Kakapo est un peu comme le Dodo. Faute de prédateur, l’oiseau a petit à petit perdu toute faculté de voler et d’ailleurs toute capacité de songer même à se faire bouffer par qui que ce soit.

Vivant jusque 60 ans, il n’atteint sa maturité sexuelle qu’à 7 ans. Sa reproduction est complètement aléatoire, selon l’abondance de nourriture. Mais pas n’importe quelle nourriture, il faut que la femelle ait suffisament de fruit d’un arbre appelé “rimu” (Dacrydium cupressinum) pour se prêter au jeu de la séduction. Pourquoi ? Et bien parce qu’une fois l’accouplement terminé, mâle et femelle se séparent et retournent vivre leur vie paisible chacun de leur côté de l’île. La femelle est donc la seule à s’occuper des oeufs, tout en sortant chaque nuit pour trouver sa pitance. Du coup, forcément, les 3 (trois !) oeufs qu’elle pond en moyenne tous les 2 (deux !!!) ans se font au choix dévorer par les rats ou les opossums, soit meurent de froid.

Ce jeu de séduction est lui aussi complètement unique, étant donné que le mâle construit une espèce de caisse de résonnance dans le sol (un lek), afin d’amplifier son cri puissant et majestueux. Ahum. Voyez plutôt :

“Bouh. Bouh. Bouh.” Voilà voilà.

Une fois la “femelle” arrivée, hop ! Pouquoi ces guillemets ? Car le Kakapo ne différencie pas une femelle Kakapo d’une bûche, d’un gens ou d’une chaussure :

Pour finir, le moment d’anthologie de l’émission “Last chance to see” avec Stephen Fry :

Quelque part, c’est beau d’avoir survécu tout ce temps !

On finit sur une bonne nouvelle : il semblerait que la population des Kakapo puisse à nouveau croître et prospérer. Certes, avec une assistance humaine. Mais quand même !

Longue vie au Kakapo !

Sources :
Wikipedia (EN)
Wikipedia (FR)
Article sur Gurumeditation

Le Jardinier Satiné

Oh quel joli nom pour ce joli oiseau me direz-vous ! Allez, un peu de douceur après la Baudroie et le Kakapo.

Monsieur
Madame (encore un bel exemple de dimorphisme sexuel)

Mis à part son plumage de toute beauté, le Jardinier Satiné (Ptilonorhynchus violaceus) a un rituel de séduction pour le moins étrange, ou même, allons-y, merveilleux. Si, si.

Le Jardinier Satiné réside en Australie. Sa particularité est qu’il construit un nid le plus spectaculaire possible pour sa belle. Et bleu. Oui parce que le Jardinier Satiné souffre probablement de Troubles Obsessionnels Compulsifs, et construit un nid aux dimensions réglées au cordeau, et surtout BLEU.

 

Existe aussi en rouge et noir. Mais toujours bien trié :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Monsieur va donc mettre tout en oeuvre pour présenter à Madame le nid le plus esthétiquement correct pour elle. Il dispose ainsi plumes, baies, écorces, coquillages…capuchons de stylos, bouchons de bouteille…autour de son berceau (son nom anglais est d’ailleurs Satin Bowerbird = l’Oiseau Boudoir/Écrin). La femelle vient ensuite visiter le nid tandis que le mâle effectue une parade en bonne et due forme, et décidera (après un petit thé ?) si son prétendant mérite ou pas ses bonnes grâces. Yep.

Juste pour le plaisir :

greater-Bowerbird-bower-800x554

Je trouve ça non seulement hallucinant, mais aussi obsessionnellement magnifique !

Sources :
Wikipedia (EN)
Superbes photos et descriptions de l’oiseau

La Pisaure Admirable

800px-Pisaura_mirabilis_03_MK

Cette araignée (Pisaura mirabilis) a développé une stratégie de reproduction astucieuse et d’une goujaterie sans nom !

Pour arriver à ses fins, le mâle présente à la femelle un cadeau, sous la forme d’un cadavre d’insecte soigneusement emballé. Le temps que Madame déballe le tout, Monsieur a le temps de faire sa petite affaire et hop ! Le tour est joué. Sauf que…et bien parfois, ça pue l’arnaque ! La femelle déballe son offrande qui ne contient RIEN ! Las, elle rejette le mâle, qui non seulement a déjà fini son office, mais tente également de lui soutirer ledit cadeau avant de s’enfuir, afin de refaire le coup à la prochaine venue !

Source :
Wikipedia
Très belle série de photos du bestiau
Un autre article bien documenté

Il y en a beaucoup d’autres, je m’y collerai quand j’aurai heu…..envie.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.