Les Témoins de Jéovah et Facebook

 Presque chaque matin, qu’il pleuve, qu’il vente, je croise d’étranges personnes d’un âge indéterminé, au physique indéterminé, distribuant une étrange littérature aux titres accrocheurs.

Oui, oui, je vous parle aujourd’hui de la littérature qui nous incite à nous réveiller au son des trompettes de la fin du monde, ces petits pamphlets nous incitants à trouver en Notre Seigneur tout Puissant la rédemption avant que le Mal ait fini de nous ronger. Bref.

Il y a quelques temps, j’ai saisi sous les yeux ébahis de ces deux dames deux exemplaires de “Réveillez-vous” et “Tour de Garde”. Le premier m’a fortement inspiré, car il nous informe sur les réseaux sociaux. J’en bave d’avance.
Avant-Propos : le style sarcastique de cet article se veut essentiellement amusant, mais gardons à l’esprit que les mouvements sectaires sont tous dangereux.
Taillaut !

Introduction

g_F_201202.pdf-Adobe-Acrobat-Pro-229x300

Imaginez ce scénario fictif. Sam était taxé de rétrograde : pendant des années, il avait refusé d’adopter une nouvelle technologie qui permettait de rester en contact avec la famille et les amis. Tous, y compris ses adolescents, voulaient s’équiper. “Je regrette le temps où les gens se parlaient face à face !” disait-il, taquin, à sa fille de 16 ans.

Puis un jour, Sam a commencé à réviser son opinion. Il repensait à ces personnes qu’il n’avait pas vues depuis des années. Il y avait aussi certains membres de sa famille : ils avaient l’air tellement occupés qu’il se sentait coupé d’eux. “Si je veux rester en relation avec tout ce monde, songeait-il, je vais peut-être devoir me mettre à la page.” Nous sommes dans l’Amérique rurale des années 50.
Sam, le “rétrograde”, envisageait finalement de se pourvoir d’un téléphone.

Toujours dans le cadre de ce scénario fictif, on découvre en 2012 Nathan (d’Amico ??? Encore toi ??? Monstre, va !) le petit-fil de Sam, qui utilise le téléphone couramment (il est bilingue RJ11), et qu’on taxe de “rétrograde” comme grand-pôpa, parce qu’il ne veut pas utiliser les réseaux sociaux. En même temps, il commence déjà mal, Nathan.

“Vous reconnaissez-vous en Nathan ?”

Merci pour cette introduction, on y cite même la Genèse, tout ça, je suis déjà ravie, la suite !

Pourquoi un tel succès ?

Nous demande-t-on.
Et de comparer les différents modes de communication entre bipèdes douées de langage : la conversation face à face, la lettre ou carte, le téléphone, l’e-mail, le texto, la messagerie instantanée, la visioconférence et le réseau social. Avec avantages, inconvénients et petits chats qui pleurent, tout comme moi, de désolation sans doute.

Conversation face à face : youpi c’est bien mais “les deux parties doivent être disponibles au même moment”. Mh. Un point pour eux, je n’y avais pas pensé. Malgré des années de pratique assidue en télépathie, hérétique que je suis, je n’ai pas encore pu matérialiser mon correspondant là, maintenant. Mais ça “comporte toutes les nuances, les expressions, toussa”. Oui, sauf si on a face à soi un concessionnaire Peugeot, un vendeur de chez Herbalife ou un adolescent en rut, ou en train d’écouter Rihanna(*).

Non, Félix, l'alcool n'est pas la solution, rebouche-moi ça tout de suite !
Non, Félix, l’alcool n’est pas la solution, rebouche-moi ça tout de suite !

Lettre ou carte : “Chaleureux et personnel.” Les relances des Impôts, par exemple, je ne trouve pas ça très chaleureux. Les lettres d’insultes que je reçois régulièrement non plus, et c’est sans parler des programmes des partis, pour évoquer des faits plus récents… “L’inconvénient de la chose écrite est que son destinataire met plus de temps à le recevoir.” Mouais. Organiser une réunion face à face pour une conversation avec un agent d’accueil de la Sécurité Sociale ça peut prendre plus de temps que toute une correspondance. Enfin j’dis ça…

E-mail : “Peut être rédigé et parvenir à son destinataire rapidement”. Et tout le reste sont donc des inconvénients. Parfois je préfère tout de même recevoir des mails au bureau au lieu des “conversations face à face” ou des cartes postales. Voir des gens que j’aime pas, ok, mais si à chaque info je devais me coltiner une mise en place logistique d’organisation rendevoutielle et ensuite confirmer par carte postale en accusé réception, on est pas rendus quoi. Cela dit, ça me laisserait plus de temps pour écrire. Ah. Les Témoins de Jéhovah marquent un point. Inconvénient “Les sentiments font souvent défaut ou sont facilement mal interprétés.”
Hum.
Reprenons. Une lettre est chaleureuse et personnelle, un mail non. Donc si Jean-Kévin écrit une carte postale à sa dulcinée “Salut morue, je suis en vacances à Perpignan, je nique tout ce qui bouge, yo” ça sera toujours plus personnel qu’un mail déclamant en alexandrin toute la beauté de la dite dulcinée, son regard de velours et son âme charmante. Je pense que si jamais j’écris des trucs aux Témoins de Jéhovah, ça sera de mes blanches mains et sur du papier, comme ça je pourrai faire “Perché !”. Bonne idée. Et deux points pour nos amis de Gulli.

Sur ce, on zappe le téléphone, les textos, et hop, Facebook c’est le mal.

KEUWÂ ?
KEUWÂ ?

Hop hop hop les enfants, arrière toute ! On aurait pas oublié plein de trucs ? Tsss…tout faire à votre place, hein.

La visioconférence : permet de se parler comme au téléphone mais en plus de se voir.
Inconvénients : nécessite une logistique minimale, et, si on est un peu pouffe (éclairage optimal : check ! Fond de teint spécial télé : check ! Décolleté bien cadré : check !) ou simplement au boulot, une GROSSE logistique, où vous verrez que systématiquement une des deux parties “éprouve des difficultés inattendues” lors de la connexion, entraînant ce moment de flottement insupportable où on voit notre interlocuteur fouiller dans les câbles ou tester son micro…
Autre inconvénient : on ne peut pas, comme au téléphone, faire autre chose à côté, grimacer quand notre interlocuteur enchaîne les âneries ou se rouler des cigarettes qui font rire. Enfin, pas avec mamie en ligne, quoi.

Le texto : envoi de courts messages immédiatement sur le téléphone de son coupain.
Effets secondaires : altère petit à petit l’orthographe et la syntaxe de l’utilisateur au profit de raccourcis de langage fort peu flatteurs tels que : “slt eske tu va bi1 ?” au lieu de “Chère aimée, ton absence me rend fou, ton sourire et ton parfum flottant dans les airs ne font que renforcer ce manque insoutenable”. Autre point à noter : ne jamais utiliser son téléphone portable après une quantité d’alcool trop importante. Jamais. Ceux qui savent pourront hocher la tête d’un air entendu en laissant échapper un petit soupir, les autres s’en rendront compte un jour où l’autre.

La messagerie instantanée : cumule tous les inconvénients des textos (langage approximatif, séquelles grammaticales irréversibles), mais possède en plus cet aspect ultra déplaisant, j’ai nommé le “untel est en train d’écrire…”
Exemple :

“Ecoute, Loana, il faut qu’on parle.
– lol
– non, je suis sérieux, j’ai quelque chose d’important à te dire
– ah (gros blanc)
– je ne sais pas par où commencer, mais sache tout d’abord que je t’aime
– […] (Loana commence à sortir sa boîte de Lexomil et se fait couler un bain)
– [Jean-Edouard est en train de rédiger un message…]
– […] (Elle cherche où elle a pu mettre ses lames de rasoir)
– (12 minutes plus tard) Oh pardon, j’étais parti me faire un café, où on en était déjà ? Ah, oui, je t’aime mais j’ai oublié d’aller chercher ton Biba sur le chemin du boulot. Bisou.”

Voilà, maintenant on peut continuer l’article. Mais ne croyez pas que vous allez vous en sortir aussi facilement, je vais vous demander des droits d’auteur !

Sur ce, quelques chiffres :

Nos amis du Figaro nous reportent 901 millions d’utilisateurs par jour, 526 millions d’utilisateurs quotidiens (là, dessus, va falloir me démontrer quelle est la part de “vrais gens” contre la part de bots, spams, ou “community manager” roumains payés au like), 3,2 millions de commentaires et de “like” par jour et 300 millions de photos uploadées par jour. Facebook stocke désormais 100 pétabytes de photos et vidéo (whahou). Je vous laisse imaginer leur chiffre d’affaire, reprenons le cours de l’article.

“Si Facebook était un pays, observe la revue Time, ce serait le troisième au monde derrière la Chine et l’Inde”.

Un pays, donc avec 20% de la population zombifiée, 60% de bots, 15% d’illettrés, 25% d’espaces publicitaires et…le reste en blondes décérébrées incapable de compter jusque 100. Je sais pas où est le Faceboukistan mais je ne veux pas y aller. J’ai pas de passeport de toutes façons.

Certes, les chiffres sont de 2010, honte sur moi. Je sais. Mais vous voyez, Farmville est un véritable empire !

 g_F_201202.pdf-Adobe-Acrobat-Pro_2

Facebook c’est bien, nous dit Jean, 21 ans.

Et de surenchérir sur que ouais, c’est plus facile.

“Pourquoi ne pas simplement écrire une lettre ?” “Trop long ” répondront certains; de plus le développement de photos coûte cher. Et le téléphone ? Là encore, trop long, surtout qu’on ne peut appeler qu’une personne à la fois […] Envoyer un e-mail alors ? “Plus personne ne répond aux emails”

Re-mh. Nos amis du club des 4400 sont un peu largués on dirait. On nous parle de générations impatientes, mais qui vont faire…développer leurs photos…? Pas d’imprimante photo à la maison ? Non ? Que de l’argentique sans doute. Le téléphone ne permet d’appeler qu’une seule personne. En 1960, sûrement. Nos GO du club des 5 ont au passage oublié la visioconférence qu’ils invoquaient plus haut, et c’est bien dommage.
Et puis plus personne ne répond aux mails, d’ailleurs je suis sans doute “rétrograde” moi aussi, je vais immédiatement cesser de vous répondre, tous autant que vous êtes. On est à la fois dans du “c’est difficile c’est rudimentaire la vie, faut développer ses photos et j’ai qu’une ligne sur mon téléphone filaire” et dans du “Pffff bande de rétrogrades que vous êtes, moi je suis jeune et plein de vie avec mon iFaune 5.”
Passons sur ces anodines petites incohérences, et soulignons tout de même que les réseaux sociaux sont un formidable outil de solidarité en cas de catastrophe, et permet aux gens de garder le contact en cas de GROS souci. On nous cite le Japon qui a fait joujou avec ses centrales récemment, et des amis du monde entier qui ont pu être rassurés sur leur état de santé grâce à Facebook.

“Après le tsunami au Japon, les lignes téléphoniques étaient coupées. Une connaissance m’a dit avoir envoyé un e-mail à une amie commune de Tokyo, mais ne pas avoir reçu de réponse. J’ai aussitôt pris mon portable et consulté sa page internet…”

Ouf, Hello Kitty va bien, elle a posté sur son mur Faceb…………Mais…mais attendez….

Les lignes téléphoniques sont coupées, la pauvre Kitty ne reçoit plus ses mails, mais miracle de la technologie de pointe, un iBouque est apparu dans ses bras, auréolé d’une lumière divine, et lui a permis de poster sur son mur. Oui oui oui. Elle ne peut pas répondre aux mails avec son ordinateur magique par contre.

A la fin de cette section, on nous a donc présenté tous les “avantages” des réseaux sociaux, passons donc aux 4 pages d’inconvénients.

martineJeho

Quatre questions à se poser sur les réseaux sociaux.

1. Quel effet leur utilisation a-t-elle sur ma vie privée ?

“Dans l’abondance des paroles la transgression ne manque pas, mais celui qui retient ses lèvres se montre avisé” – Proverbes 10:19

Ici, on tombe de haut : OMG ! Tout ce que je mets sur l’internet est sur l’internet ! Les photos de mes chats ! Les dates de mes vacances ! Les derniers films que j’ai été voir ! Ma position préférée ! Les photos de moi bourré ! Sérieux !

“Même à vos amis, ne révélez rien qui pourrait violer votre intimité ou celle d’une autre personne” – Proverbes 11:13

Oui, gare à l’usurpation d’identité ou aux tentatives de kidnapping de Kiki. Ne dévoilez pas votre adresse postale, les dates de vos vacances à Bucarest entre le 12 et le 18 mai et le code de la porte à de potentiels truands. Ne donnez pas votre numéro de sécurité sociale au tout-venant (Par contre vous pouvez envoyer votre carte bancaire et le code à cette adresse : “Les Témoins de Jéhovah, BP625, 27406 Louviers Cedex”) !
Et si jamais vous voulez cacher le cadavre de belle-maman “Une conversation téléphonique est beaucoup plus personnelle et bien moins risquée”, nous dit Cameron. Merci de ton intervention, Cameron. Je pense que dans ton espace-temps la mise sur écoute n’existe pas encore, mais nous prenons bien note de ton conseil.

2. Quel effet leur utilisation a-t-elle sur mon temps ?

“Vérifie[z] les choses les plus importantes” – Philippiens 1:10

(Oui, zut, l’aspirateur, j’ai oublié de l’éteindre !)

Cessons un moment de ricaner comme des hyènes, des témoignages poignants nous sont apportés par de jeunes adeptes de la secte du Like Bleu :

Certains se sont laissé  piéger. Ils témoignent :

“ Difficile de se déconnecter d’un site communautaire, même s’il ne vous plaît pas spécialement. C’est presque une obsession. ” — Elise.
Chère Elise :  je te conseille plutôt la pâtisserie et/ou le canevas. C’est moins addictif, tu te feras plein d’amis, pour sûr. L’internet est un milieu trop dangereux pour toi, je t’assure.
Ah, j’oubliais : si un de tes amis t’incite à fumer ou essaye de te violer pour ton bien, refuse, sinon ça deviendra vite une obsession.

“ Il y a tellement de choses à faire : jeux, tests, pages de fans de chanteurs ; et bien sûr,
jeter un œil sur le profil de tous vos amis. ” — Blaine.
Je ne sais pas pour vous, mais moi tous les soirs je passe sur les profils de mes 143 amis virtuels, pour relire tous leurs statuts de la semaine. Je like chaque nouveauté pour ne pas me perdre, d’ailleurs, et ne pas relire deux fois les mêmes choses. Ça serait débile de toutes façons, LOL.
Cher Blaine : non, tu n’as pas de ferme virtuelle, les tests c’est péché, et oui, il y a aussi de vrais musiciens et de chanteuses dans le monde, tu verras. Non, pas Tokyo Hotel, Blaine. Suffit, jeune homme, continue comme ça et tu vas la prendre, ta rouste !

“ C’est un tourbillon qui vous aspire, et vous n’êtes pas conscient de vous être fait attraper jusqu’à ce que votre mère rentre et vous demande pourquoi la vaisselle n’est pas faite. ” — Analise.
Chère Analise, je pense qu’à ce stade tu peux aller directement te pendre dans ta cave. C’est la deuxième à droite. Si tu ne fais pas la vaisselle c’est que tu es un rejeton de Satan, et que tu n’as pas de lave-vaisselle. Dans les deux cas, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Tiens, voici une corde et des lames de cutter, on sait jamais.

“ Je voulais rentrer du lycée au plus vite rien que pour voir qui avait répondu à ce que j’avais posté. Ensuite, il fallait que je réponde à tout le monde et que je regarde toutes
leurs nouvelles photos. Quand j’étais connectée, j’étais très irritable et je détestais qu’on m’interrompe. J’en connais qui sont en ligne presque tout le temps, même quand ils sont invités chez des amis, ou la nuit, à des heures pas possibles ! ” — Megan.
Chère Megan, moi aussi quand j’étais jeune j’avais hâte de rentrer du lycée, ne t’en fais pas ! Tu n’es pas seule ! Tes études en pâtissent ? Tu veux te sortir de l’enfer de Facebook ? Un bon conseil : tente la Drogue© ! En vente libre dans tous les bons halls d’immeuble du quartier près de chez toi, la Drogue© te permettra une totale désintoxication de ton ordinateur, instrument du démon s’il en est.
Je t’en prie, Megan, ne me remercie pas.

En résumé :
“Je pense que les sites communautaires sont un moyen génial d’échanger. Mais c’est comme tout, il faut savoir s’arrêter” nous déclare Emily.
Tu as raison, Emily. C’est comme la Drogue©, dont on parlait justement avec ta copine Megan : c’est bien, mais il faut savoir se modérer sur la téquila pour ensuite pouvoir profiter de la coke, sinon c’est gâcher ! Autre exemple : la vie. La vie c’est sympa hein, ça va quelques dizaines d’années mais après, pfiout, marre quoi. Oui, deuxième à droite, la cave.

3. Quel effet leur utilisation a-t-elle sur ma réputation ?

“Une bonne réputation vaut mieux que de grandes richesses” – Proverbes 22:1

Quitte à choisir, je préfère être riche. Mais c’est sans doute pour ce genre de réponse que je me suis fait recaler chez les Témoins de Jéhovah.
“On ne compte plus les cas d’utilisateurs de sites communautaires qui perdent leur emploi ou se voient refuser une place à cause de ce qu’ils ont publié en ligne”.
Oui, j’avoue. Oui on facebooque tous nos potentiels nouveaux collègues. Et de voir qu’ils aiment à donf (ah, non, pardon, qu’ils “kiffent grave”) David Guetta, les Télétubbies ou le Pâté Hénaff, ça casse un peu l’idéal qu’on pourrait se faire d’un cadre titulaire d’un Master en Communication , je suis désolée mais c’est au moins un peu vrai… De même, les photos de vous lors de vos dernières vacances dans un camp nudiste au Cap d’Agde avec vos grands-parents…pitié !
C’est pareil, les gens. Si on a son boss en “ami” on ne statue pas en mode public worldwide ouèbe partout sur l’internet “Mr Herbert Villemin, 156 boulevard Magenta à Paris, est un gros fils de pute vil individu que j’emmerde j’exècre beaucoup de tout mon petit coeur d’ouvrier du bâtiment dans la Société Béton d’Or sise à Paris dans le 17ème. Et en plus il triche sur sa déclaration d’impôts.”
Bah non, les gars, enfin ! Là vous méritez de perdre votre place, je suis désolée mais c’est un peu benêt !

Ce que vous pouvez faire : Jeunes, demandez-vous : “Que se passerait-t-il si mes parents, un enseignant ou un adulte que j’estime voyaient ma page ? Serais-je embarrassé qu’ils lisent mes messages et voient mes photos  ?”
Jeune, oui, demande-toi. Toi qui te camoufle derrière tes longs cheveux noirs et violets, avec tes T-shirts M Pokora dans tes converses All Stareuh, demande-toi si les photos de ton mur et les statuts neuneus que tu postes pourraient éventuellement rendre tes parentes encore plus malheureux qu’ils ne le sont ?

 618px-JeanLucPicardFacepalm

Quelques avertissements encadrés sont discrètement glissés pour notre information :

Fonctionne aussi avec le site de sa banque en ligne, sa maison et sa voiture...
Fonctionne aussi avec le site de sa banque en ligne, sa maison et sa voiture…
Ne mettez pas les photos de vos enfants nus courant sur la plage sur l'internet ou le numéro de votre CB. Merci.
Ne mettez pas les photos de vos enfants nus courant sur la plage sur l’internet ou le numéro de votre CB. Merci.

4. Quel effet leur utilisation a-t-elle sur mes amitiés ?

“Qui a des relations avec les sages deviendra sage, mais qui a des relations avec des stupides s’en trouvera mal” – Proverbes 13:20

(Je le garde, celui-ci)
Ici, on nous met en garde contre les relations virtuelles avec des gens virtuels même qu’on les connaît pas. Et pour la simple et bonne raison qu’on ne les connaît pas ! D’ailleurs, vous, dans la vie, vos amis, au départ vous les connaissiez. Et toc.
Oui parce que se lier, comme ça, donner des informations hyper personnelles comme le nom de son chat ou le fait qu’on a été opéré de l’appendicite à 11 ans 3/4 faut faire gaffe.

Lisez les témoignages suivants :
“ Si quelqu’un accepte les demandes d’amitié de Pierre, Paul ou Jacques, c’est sûr, il aura des soucis. ” — Analise.
Dis donc, Analise, on t’a déjà dit, la cave c’est par ici. Et puis c’est pas très sympa pour Pierre, Paul et Jacques. En disant ça, statistiquement, tu t’exposes à être détestée de 1 407 425 personnes d’une moyenne d’âge de 70,5 ans. Et là, oui, tu vas avoir des ennuis !

“ Si je reçois une demande d’un inconnu, je l’ignore. C’est aussi simple que ça. Tous ceux
de ma liste sont des gens que je connais et avec qui je suis déjà amie à l’extérieur du
monde virtuel. ” — Marie.
“ Si un ami commence à poster des photos ou des mises à jour de statut qui me choquent,
je n’ai aucun scrupule a` l’effacer.Même si vous ne faites que regarder ce qu’ils publient,
ce sont de mauvaises fréquentations. ” — Kim.
“ Quand j’étais inscrite sur un réseau social, j’avais des paramètres de confidentialité
très stricts. Je n’autorisais l’accès à mes messages et à mes photos qu’ à mes amis, et non
pas à des amis d’amis. Rien ne me prouvait qu’ils étaient fréquentables. Je ne les connaissais pas, ni leur réputation. ” — Heather.

On ne se méfie jamais assez des mauvaises fréquentations ! Tenez, d’ailleurs récemment j’ai supprimé Adolf Hitler de mes contacts Facebooks. Ah non mais les photos qu’il mettait quoi…ok les trains c’est chouette mais là le mec il est un peu monomaniaque, quoi (désolée pour ce semi point Godwin, mais un article sur les Témoins de Jéhovah…trop tentant !!!)

Mais alors, un doute m’assaille, si on suit ces quelques règles simples…

1. Je ne suis ami qu’avec des gens que je connais en vrai.
2. Mes amis sont tous soigneusement sélectionnés en fonction de leur respectabilité.
3. Les amis de mes amis ne sont pas mes amis.

Ça limite drôlement l’ouverture au monde, tout ça, non ? Pour devenir pote avec Analise par exemple, il faut respecter un tas de critères. Déjà la connaître en vrai, puis avoir été choisie. Est-ce qu’Analise sous-entend que seuls les gens partageant les mêmes croyances peuvent être ses amis ? Si j’en crois la Doctrine, oui. Donc baptisé, et la connaître en vrai. Est-ce qu’on doit faire un relevé d’empreintes aussi ? Est-ce qu’on accepte les dérogations écrites du directeur régional de la congrégation qui veut trouver des copains à sa fifille ou pas ?
Je suis une tanche en maths mais la pauvre Alison doit avoir 5 amis à tout casses : ses deux parents, et les jeunes de sa congrégation. Tu m’étonnes qu’elle cherche désespérément le chemin de la cave depuis le début de l’article…

Pour finir cet article sur un ton plus sérieux, je dirais que ces derniers témoignages reflètent bien la perception du monde des Témoins de Jéhovah. On peut comprendre que de tels articles soient publiés afin de protéger les fidèles du monde extérieur. Après tout, un des fondamentaux de leur doctrine est bien de rester à l’écart du monde ! Tâche qui doit être de plus en plus difficile justement avec cette saloperie qui s’appelle la communication. Utiliser les outils modernes c’est bien quand on peut convertir à tour de bras, c’est moins sympa quand nos jeunes découvrent que le monde n’est peut-être pas comme on leur a appris depuis tout petits.

Et c’est là qu’on se rend compte que sous couvert de gentilles revues colorées traitant de sujets modernes, on parvient à faire peur et à continuer à endoctriner des gens parfois un peu fragiles ou naïfs…
drugs_are_bad_mmkay

(*) : Vous noterez que j’ai du mal à trouver des références djeuns pour mes articles, la trentaine à venir creuse ma tombe je le sais. Je cherche donc des amis possesseurs d’ados attardés pour soit me les prêter, soit me faire découvrir un peu cette culture aussi débile sans doute que la mienne dans les années 90… (On avait Kurt Cobain mais on avait aussi Ace of Base, souvenez-vous !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.