Sucer c’est tromper ?

Le numéro de « GQ » de ce mois-ci nous offre un article sur l’art d’être infidèle sur les réseaux sociaux (tout en restant un chic type).

Je suis intriguée, vous pensez bien !

Après 14 pages de publicité, voici le sommaire. 14 pages, je ne plaisante pas. 14 pages. On est dans les mêmes eaux que les magazines féminins, c’est à dire 75% de publicité (réelle ou déguisée) et 25% de contenu.

gq01

Un article signé Alexandre Majirus et Maïa Mazaurette (tiens ce nom ne m’est pas inconnu, ne serait-ce pas la chro-niqueuse cul de GQ ? Beaucoup de Q dans ma phrase ?)(Ah vi, entres autres auteure d’un article du 03/09/2013 sur le « quick sex sans les femmes » ou pourquoi les sites de rencontre ne l’intéressent pas.)

Voici les 10 conseils de GQ pour tromper en restant classieux

Acte 1 : Déculpabiliser le mâle en rut.

Gérez la cupabilité : Réserver ses infidélités à des moments exceptionnels permet de mieux surmonter la culpabilité : vous ne vous serez pas donné n’importe comme à n’importe qui et rentrerez à la maison heureux. Ne vous racontez pas d’histoires : vous ne sauvez pas votre couple en allant voir ailleurs, mais vous ne l’endommagez pas forcément non plus. Vous n’irez pas en prison et vous ne gagnerez pas au Loto. La neutralité est de mise.

« C’est pas moi c’est les hormones »

« La fidélité n’est pas génétique »

« Regarde les bonobos, ma chérie, ils sont heureux, eux. »

Ah bah ça rate, pas, encart :

l’histoire et la recherche scientifique montrent que la fidélité ne fait pas partie de la nature humaine
Le fondateur d’un site de rencontres

Question philosophique s’il en est. Qu’en est-il, justement, dans la nature, et dans quel cadre la fidélité est-elle inscrite ? (Ici on nous parle de nature humaine, mais beaucoup font l’économie de ce terme)

On pense surtout à la fidélité en terme sexuel, mais c’est ignorer que la fidélité aborde par définition un sens beaucoup plus large. Exemple à la con : une chaîne Hi-Fi n’est pas une gentille dame qui n’ira pas coucher à droite à gauche en votre absence mais un appareil vous permettant de reproduire avec précision vos enregistrements de Garou en concert, afin de vous pousser au suicide. Mais je pinaille.

Rester fidèle c’est plus que ça. C’est pas seulement se promettre de ne pas aller baiser ailleurs. Après, il faut être réaliste, les gens qui passeront réellement TOUTE leur vie ensemble ne sont pas légion, c’est la vie ! Une fois débarrassée de cette épée de Damoclès qui nous projette 60 ans plus tard à l’hospice avec Papi, je trouve la vie beaucoup plus simple et le mariage moins effrayant, finalement. Et puis, tout n’est pas si simple, je ne fais pas l’apologie du « toujours ensemble à 100% quoi qu’il arrive » car justement, si les gens trompent c’est qu’ils ont des raisons, certains couples fonctionnent avec l’adultère. C’est pas un drame non plus, mais ça reste une implication grave et porteuse de conséquence dans un couple et pas « juste un coup de canif dans le contrat huhuhu ».

J’anticipe le côté naturaliste de la question. Là aussi, rien n’est si simple. C’est comme justifier l’homosexualité par les moustiques gay pour dire « c’est dans la nature, tu vois ? ». L’homosexualité est une tendance sexuelle, c’est surtout au niveau sociétal que ça pose problème (encore que j’ai jamais compris en quoi ce que faisaient les gens entre adultes consentants dans la stricte intimité de leurs ébats était un problème, mais bon.). Pourquoi ce besoin de toujours se planquer derrière des faits pseudo-scientifiques pour justifier des comportements, alors que ça n’a strictement aucun rapport ! Chaque espèce animale définit ses propres comportements, et à mon sens tenter de justifier des conduites par un « mais les bonobos le font bien ! » est une argumentation aussi consistante que le « j’ai glissé sur mon peignoir et paf la femme de chambre » de DSK. Voilà, j’ai placé DSK dans mon article, tout va bien.

ebay-400x238
Bisou, Flavie !

Acte 2 : L’herbe est toujours plus verte ailleurs

Lâchez la bête : Même si votre couple fonctionne sexuellement très bien, profitez de votre infidélité pour ouvrir de nouvelles portes : des femmes plus jeunes, plus vieilles, plus folles, plus débauchées, plus exhibitionnistes, plus rangées, plus drôles, plus touchantes. Allez voir ailleurs si l’herbe est plus verte et le désir plus explosif. Et si votre épouse est déjà explosive, savourez les joies d’une sexualité enfin ennuyeuse…

Toujours plus haut gros, toujours plus loin ! Vous ne vous ennuyez pas en couple ? Que vous croyez ! En fait si, vous vous ennuyez, admettez-le donc une bonne fois pour toutes, hypocrite que vous êtes ! Bobonne ne vous fait plus frémir de désir alors qu’elle vous tend le sel devant le JT de TF1 le soir au coin du feu. Bobonne n’est pas sexy, Bobonne n’est d’ailleurs pas si bien épilée que ça maintenant que vous y pensez.

[…] Un bon milliers de plateformes – allant de l’offre classique façon Meetic à la rencontre par affinités – permettent d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, et surtout mieux tondue.

Élégance, classe, magie de l’amour et du respect, chapeau.

Mais c’est bien, hein, attention, y’a les femmes qu’on nique et les femmes qu’on épouse, nuance. Le concept sera développé plus loin…

Acte 3 : Trompez, c’est tendance !

Acceptez la schizophrénie : La fidélité est la valeur refuge du couple moderne. L’infidélité est la valeur refuge de l’individu moderne – qu’il s’agisse de se rassurer, de souffler, ou de retomber amoureux. Vous n’échapperez pas à cette tension érotique : l’aspiration à la fidélité, le dérapage quasi obligatoire. Oui vous passerez des nuits blanches entre angoisse et enthousiasme. Oui, vous êtes un être humain.

Penser individu. Voilà le secret. Comment pensez-vous pouvoir vous payer cette Rolex avant vos 50 ans si vous ne vous sortez pas les doigts du cul en écrasant d’un coup de Santoni la tronche éberluée du stagiaire qui vient d’arriver ? Bah le cul c’est pareil, mon petit Berthier. Vous êtes quelqu’un de moderne, vous vivez avec votre temps, d’ailleurs vous avez un iPhone, le même modèle conseillé dans GQ n° 67. Laissez donc ces vieilles valeurs traditionnelles à vos amis fonctionnaires aux PTT. Vous n’êtes pas un vieux croulant, vous êtes un winner, pas vrai ?

En plus, « le dérapage est quasi-obligatoire », c’est dans votre nature de mâle en rut, bon sang !

Qu’on me dise ensuite que la blogueuse mode est idiote avec ses fantasmes de Louboutin, je…bon. Vous auriez tout de même raison.

Acte 4 : Tromper, c’est pas si grave

Relativisez (ou arrêtez) : Une fidélité sans faille n’empêche pas de tuer des gens dans des caves. Une infidélité sans faille ne signifie pas qu’on soit un salaud (si vous accumulez du mauvais karma, pensez à faire un don à Amnesty International). Mais après la cinquième nuit blanche, il faudra admettre que vous n’êtes pas fait pour cette vie : achetez un Scrabble.

Après tout, certains mecs fidèles sont en fait de sales enfoirés. C’est un argument. Siiiiiiii, c’est un argument.

Si toutefois vous avez des problèmes de conscience,  relisez en boucle les actes 2&3. Pour résumer : « Si t’as pas les ballz de tromper ta femme, retourne jouer au Scrabble, hé, Papi. »

Acte 5 : Tactique de l’esquive malgache en action.

Taisez-vous (Bon sang !) : Est-il utile de le rappeler ? Quand vous trompez, vous prenez l’engagement de vous taire à jamais. Ne vous comportez pas comme ces serial killers qui laissent inconsciemment des indices pour être capturés. […]S’il est facile de se faire repérer à coups d’applis espionnes telles que SpyBubble, les escapades échappent au radar dans 99% des cas. Sauf énorme coup de malchance, il n’y a que la faute personnelle (la confession en fait partie) qui déclenche le tsunami de rupture, meurtre, pension alimentaire.[…] Préparez-vous au silence pour toujours. Ou renoncez.

…et si vous vous faites prendre ?
Rupture, meurtre, pension alimentaire, rien que ça. Oui, votre femme est une hystérique sanguinaire comme toutes les femmes, ne l’oubliez pas.

Ne vous faites donc pas prendre ! Et si jamais c’était le cas, sachez que c’est uniquement de votre faute (la faute c’est de s’être fait piquer hein, pas de tromper). En plus avec le nombre d’outils et de site pour vous aider dans votre sombre entreprise, vous n’avez aucune excuse. Tromper est donc sûr à 99% ET naturel.

Et si vous doutez encore, vous me ferez 100 tous de la cour en hurlant les principes 1 à 2. Ouste !

Acte 6 : Tromper, c’est vivre libre.

Succombez à la passion : C’est bien la motivation réelle de l’adultère : la passion courte, risquée, sexuelle à l’extrême, celle qui nous fait tenir sur nos deux jambes dans un monde de frustrations (et le couple en apporte son lot). Hommes commes femmes, nous avons besoin de ça, et aucune règle ne peut nous en empêcher. L’adultère appartient à la part irréductiblement libre de notre vie. C’est immoral ? C’est dégoûtant ? La liberté, c’est justement aller là où on ne devrait pas.

Logique implacable :

  • La passion nous fait vivre
  • Le couple c’est la frustration
  • La passion n’est pas dans votre couple
  • L’adultère c’est la liberté
  • La liberté c’est la vie

Donc : tromper c’est vivre libre. Si vous ne trompez pas vous êtes une couille molle.

En plus c’est naturel, on y peut rien qu’on vous dit.

Mais tu vas arrêter de faire des trucs contre-nature en ne trompant pas Bibiche ! Enflure ! Chacal ! Dégénéré !
Mais tu vas arrêter de faire des trucs contre-nature en ne trompant pas Bibiche ! Enflure ! Chacal ! Dégénéré !

Interlude Gleeden

Le site est pensé par et pour elles, explique Anne-Sophie Duthion, responsable de la communication. L’inscription est gratuite pour les femmes. Résultat, on arrive à un taux de 40% d’inscrites pour 60% d’hommes sur Gleeden »

« Pensé par des femmes ». Really ?

Les fondateurs sont donc Ravy et Teddy Truchot. Curieusement, il est difficile de trouver des renseignements sur l’organisation qui abrite le site Gleeden.com (Merci le Huffington Post). Gleeden est affilié à Touchvibes, affilié à Blackdivine, se situant…heu…à Londres, Paris, New York, Jakarta ? Bref.

Au delà du côté douteux du montage financier du machin, qui, pour tout vous dire, ne m’intéresse que peu, j’aimerais tout de même bien savoir qui est la femme derrière l’idée. Jusqu’ici, en terme de conseil d’administration, de gérance, de président, etc. etc. j’ai que du chromosome XY.

Pour parer aux critiques l’accusant de favoriser le mensonge ou les divorces, le site se revendique féministe et adepte du girl power. “Gleeden permet à un certain nombre de gens de dépasser l’héritage machiste, où la femme infidèle est moins bien vue que l’homme infidèle.”

“Nous n’avons pas inventé l’infidélité”, argue Anne-Sophie “Beaucoup de gens sont inscrits dans l’objectif de rester en couple. Les rencontres sont une respiration pour oxygéner le couple. Ça peut paraître contradictoire, mais c’est la réalité”  (Les Inrocks)

Au delà du discours sur les joies de l’infidélité, pas mal de recherches et beaucoup de soupirs de consternation devant les termes tels que « Girl Power » (je vous rappelle que le slogan vient des Spice Girls tout de même) ou « Féminisme », force est de constater que la seule femme dans l’horizon de Gleeden est cette pauvre Anne-Sophie, stratégiquement placée à un poste Ô combien reconnu comme « poste masculin », celui de responsable de la communication </sarcasm>. Impossible de savoir qui sont celles qui ont « pensé » la mécanique de ce business bien rentable, toujours est-il qu’elles ne l’ont visiblement pas mis en place.

Pensé par des femmes, donc, avec tout de même 60% de mâle inscrit, alors que le site est un des plus chers (en com’ on dit « VIP »), et que comme chaque samedi soir au Macumba de Jouy-en-Josas, l’entrée est gratuite pour les filles. Je suis sûrement extrêmement mal pensante à cause de mon statut de succube vénale et de mauvaise foi, mais on essayerait pas de se foutre un peu de moi à la « adopte un mec » dites donc, les enfants ? Hum ? Hum ? (PS : j’anticipe pour ceux qui me traiteraient de mal baisée : tout va bien de ce côté là, merci, bisou.)

Acte 7 : Le casting

Sachez reconnaître la bonne candidate : Elle doit être assez audacieuse pour vous suivre sur le terrain de l’infidélité, et assez raisonnable pour vous épargner tout scandale. Heureusement, l’univers est peuplé de femmes dont la sexualité est l’exutoire d’une vie bien rangée. Pour une escapade d’une nuit, choisissez qui vous voulez mais veillez à ne pas pouvoir être recontacté (on ne sait jamais sur qui on tombe). En revanche, pour une relation suivie, choisissez une bonne épouse qui comprendra les enjeux. Le signe qui ne trompe pas : au moment où elle mentionne son mari ou son officiel, elle vous regarde dans les yeux avec un petit sourire.

L’image de la maman-salope a de beaux jours devant elle ! Par contre si votre épouse si bien rangée se met à agir comme une dévergondée, rappelez la à ses fourneaux et retournez vous ennuyer au lit avec elle chaque deuxième samedi du mois.

Bon et puis si c’est pour coucher vite-fait, on s’en fout, tant que vous lui filez un faux numéro et que vous fuyez rapidement après. Et surtout, ne vous protégez pas : une MST c’est aussi ramener un petit souvenir à la maison, ça mange pas de pain et c’est facile à entretenir avec un peu d’eau et surtout, beaucoup de féculents.

C'est joli, en plus, elle sera ravie si vous lui rapportez une petite gonorrhée. Faites tout de même attention que cela soit assorti à la couleur des rideaux sous peine de hache en travers de la gueule, n'oubliez pas que la femme est un animal capricieux.
C’est joli, en plus, elle sera ravie si vous lui rapportez une petite gonorrhée. Faites tout de même attention que cela soit assorti à la couleur des rideaux sous peine de hache en travers de la gueule, n’oubliez pas que la femme est un animal capricieux.

Acte 8 : Agissez en homme classe et respectueux

Compartimentez et labellisez : Par respect pour votre couple (si vous ne respectez plus votre couple, divorcez), vous n’entretiendrez pas un couple parallèle. L’infidélité doit rester une friandise : pas plus d’une fois tous les six mois pour les rencontres inopinées, pas plus d’une fois tous les deux mois pour les maîtresses attitrées (oui, Tiger Woods a vraiment abusé). Toute rencontre suivie perd son caractère exceptionnel, et rappelez-vous : vous devez à votre régulière de ne la tromper que pour des personnes et des émotions exceptionnelles.

Et si vous dépassez la prescription, faites acte de contrition en invitant Bibiche au cinéma et au restaurant deux fois. Parce qu’elle le vaut bien ! Vous ne devez la tromper qu’avec de la morue de qualité, c’est important pour rester respectueux dans votre couple.

Acte 9 : Un peu de poésie dans ce monde de brutes.

Rentrez à la maison : L’infidélité ne vous empêchera pas d’aimer et d’honorer votre régulière. Il y a des passions qui éclosent comme des coquelicots et votre partenaire, celle qui poussera votre chaise roulante en rigolant dans quarante ans. Acceptez les passions, et refusez qu’elles vous enchaînent (vous avez déjà signé un Pacs voire un contrat de mariage). C’est à ce prix que vous vous respecterez vous-même, comme un être humain faillible, tout en respectant cette nana trop géniale qui partage votre vie (et à laquelle vous n’avez pas offert de fleurs depuis trop longtemps)

…et en plus elle vous suivra à l’hospice, car l’institution du mariage est quand même sacrée, faut pas déconner non plus les enfants. Par contre si elle devient grabataire, lâchez-là à l’hospice pour vous taper une jeunette de 50 ans votre cadette, vous serez gentil.

Comme on vous le disait : il y a la maman et la salope, offrez des fleurs à la première de temps en temps et ne rappelez jamais la seconde, goujat que vous êtes !

Acte 10 : Ne soyez pas un petit joueur.

Consommez avec modération : Essayez d’être presque fidèle. A 98% de fidélité vous êtes encore fidèle. Les 2% restants doivent être réservés à des moments sublimes, qu’ils s’agisse de coups de foudre sexuels ou intellectuels – ne cédez jamais par ennui, et jamais pour une occasion médiocre. Choisissez vos batailles. On trompe parce qu’on veut, pas parce qu’on peut. Si vous trompez votre femme exceptionnelle (vous l’avez choisie) avec une femme pas exceptionnelle, comme Jude Law se tapant la baby-sitter plutôt que Sienna Miller, alors là oui, vous la trahissez. Tromper, sans trahir.

A 98% de fid…ouiiii…okay. Mais…comment calcule-t-on son taux de fidélité ? Est-ce que si on se fait une moche on a une déduction d’impôts ? Et une rousse ?

Après, si elle vous coince et qu’elle râle un peu, vous pourrez toujours la rassurez en lui disant que 1. vous l’avez choisie, la rendant donc obligatoirement géniale, et que 2. votre maîtresse est quelqu’un d’exceptionnel et que vous ne l’auriez pas trompée avec n’importe qui. C’est important le respect, celui de vous-même passant en premier, ce n’est que justice que vous couchiez uniquement avec de la bimbo de qualité.

Bon, et sinon, sucer c’est tromper ou pas ?

Non c’est tout, je ne vais pas en rajouter.

Ce qui est fou c’est que je ne suis même pas en train de vomir ou de saigner des yeux, juste blasée que sous des aspects « jeune » et « hype » on continue de faire passer des idées machistes telles que celles présentées ci-dessus. On véhicule des images compassées de la douce femme au foyer respectable qu’il faut protéger du démon qui vous ronge de l’intérieur, de la salope qu’on va baiser de manière forcément « sale » qui, par imprégnation, est elle-même sale, de l’homme fort et viril, qui par pure abnégation va tromper « proprement » sa tendre épouse.

Et ça c’est grave.

Leave a Reply

Une réponse à “Sucer c’est tromper ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *